700 millions d’humains

Un écosystème est quelque chose de fragile, où tout ce qui est vivant a une fonction, même si elle ne parait pas évidente. Dans un écosystème, il n’y a pas de hiérarchie : tout est interdépendant. La soi-disant chaine alimentaire est une grosse connerie, inventée par l’Homme pour se mettre bien en premier, tout ça parce qu’il a un cerveau un peu développé que ses cousins les autres primates. Alors que sa place serait bien plus au milieu des autres êtres vivants, tous interdépendants. L’homme est un animal parmi les autres, pas la peine de vouloir péter plus haut que son cul.


Dans un écosystème, lorsqu’une espèce animale ou végétale prolifère trop, elle brise cette interdépendance, et devient une menace pour toutes les autres. C’est le cas actuellement pour la pire espèce prédatrice que la Terre ait jamais portée : l’espèce humaine. Prédateur suprême et impitoyable, malgré ou à cause de ses capacités cérébrales, l’Homme est en train de détruire la planète entière, et tout le monde s’en fout !

Parce que la surpopulation est un sujet tabou. Les religions ont proclamé « croissez et multipliez ». Les gens y ont cru, et ils ont crû.  De plus, tout, notre système de pensée comme notre système économique est basé sur la croissance. Une croissance infinie n’est pas possible sur un écosystème fini comme notre planète, mais ceci échappe à l’immense majorité. Et surtout aux décideurs.

Quelle est la capacité de charge  (voir sur Wikipedia l’article Surpopulation) en nombre d’humains que la Terre peut supporter, pour que ce soit durable ? C’est à dire pour que les dommages infligés par l’espèce à son environnement s’auto-régulent naturellement ? Les chiffres varient suivant les études, les plus radicaux disant que 100 millions d’Hommes est un maximum. Prenons le chiffre plus raisonnable du Commandant Cousteau : 700 millions. Pour lui, et je le rejoins tout à fait, c’est le maximum que la Terre puisse supporter pour rester vivable. Donc, à 7 milliards, nous sommes déjà 10 fois trop nombreux, et nous continuons à nous reproduire comme des lapins (crétins).

Et pourtant, un pays a donné le bon exemple : la Chine, en instaurant depuis une trentaine d’années la politique de l’enfant unique. Il eut été judicieux à l’époque que les autres nations en fissent autant. Un enfant par famille, et pas plus. Sur la Terre entière, à l’exception, comme le font les Chinois, des « ethnies rares ». Et ce jusqu’à ce que la population mondiale atteigne le chiffre de 700 millions, époque à laquelle on aurait fait 2 enfants, pour rester stables. Toutes les nations égales, pas de préférence ou d’eugénisme, une solution intelligente.
Et bien non, personne n’a osé. Et on se retrouve avec 10 fois de gens, dont beaucoup n’ont même pas accès à l’eau potable.

Laissons passer une parenthèse musicale avec les bons conseils de tata Giedré pour éviter la surpopulation :

Donc, on a rien fait pour limiter cette démographie galopante, et on est très loin d’être sur le bon chemin.
Et pourtant, ce qui n’a pas été décidé par la raison risque fort de se faire dans la douleur.
Notre explosion démographique est due à un phénomène très récent, une douzaine de milliers d’années : la fin de la glaciation, qui a rendu possible l’agriculture. Or le climat est en train de changer, et il se peut fort bien que l’abondance de nourriture ne soit bientôt plus qu’un souvenir.
Nos principaux prédateurs sont les virus, et nous pensons les avoir vaincus. Mais ils mutent à toute vitesse, les petits salopiots, et avec la mondialisation une pandémie ferait un max de dégâts.
Enfin, ne négligeons pas notre capacité à nous autodétruire. Car les humains, non seulement massacrent tous les autres animaux, mais en plus ils s’entretuent avec un acharnement jamais vu sur Terre.

Soit notre espèce devra évoluer, et très vite, vers d’avantage de sagesse, et saura restreindre ses appétits. Soit elle disparaitra, très vite également.

surpopulation

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5, 00 out of 5)
Loading...Loading...
12 816 lecture(s)

14 commentaires à “700 millions d’humains”

  1. Lili 13 juin 2013 à 21h35 #

    J’applaudis des 2 mains cet article. Merci beaucoup d’oser dire cette vérité qui dérange dans un monde où la natalité est vénérée au détriment de tout le reste. Ces gens qui prônent tant la reproduction ne se rendent pas compte de l’horreur qu’ils vont léguer à leur chère progéniture.

  2. Mamengagee 13 juin 2013 à 21h44 #

    « Qui n’ont même pas accès à l’eau potable »…
    Au Mali j’ai vu des jeunes enfants se battre pour une carcasse de poisson.. L’horreur.
    Je suis plus que d’accord avec ce que tu écris. La planète étouffe et nous creusons notre propre tombe.
    Malheureusement je fais aussi partie de ces personnes qui aiment avoir des enfants (j’en ai un et je sais déjà qu’il ne restera pas enfant unique). C’est une envie incontrôlable, viscérale. Faudrait il apprendre à ne pas s’écouter ?
    Nous avons aussi le projet d’adopter. Exactement pour les raisons que tu cites…
    Merci.

  3. do 13 juin 2013 à 22h50 #

    Hitler disait à peu près la même chose.
    une race parfaite à la place d’une nature parfaite.
    virer les moins parfaits pour permettre aux parfaits de se reproduire au mieux.
    très peu de différence.

    tuons donc 90% des humains.
    pour leur bien.
    sans leur avis.
    cool.

    mais heureusement, on a inventé le point
    godwin pour remplacer le négationnisme.
    mon commentaire ne sera pas pris au sérieux.

    bravo.

    • Dugomo 13 juin 2013 à 23h25 #

      Ah, voici le premier, ça n’a pas traîné. .

    • Lili 13 juin 2013 à 23h51 #

      A quel moment cet article parle de faire un tri ? Il est proposé de limiter les naissances pour tout le monde, sans aucune distinction de couleurs, âge, religion, nationalité, etc…

      Visiblement vous ne savez pas lire. Ou alors c’est juste pour le plaisir de troller. Ou pire, vous êtes Christine Boutin.

  4. jcfrog 14 juin 2013 à 13h10 #

    tu t’en doutes surement, je ne suis d’accord sur rien :)
    Tu nous fais ton Depardieu? Quand il glorifie la démocratie en Russie, toi tu fait l’apologie de l’enfant unique en Chine?
    Provoc? Appel à troll? Ben t’as gagné, je trolle :)
    La misère, la soif et la fin ne sont pas dû à l

  5. jcfrog 14 juin 2013 à 13h13 #

    ah zut, le com est parti tout seul.
    Je disais donc:
    Je pense pour ma part que la misère, la soif et la faim ne sont pas dûs à la surpopulation mais au capitalisme, chtefraidire :)
    On a à bouffer, on a des richesses, simplement c’est accaparé.
    Pour la croissance et la limitation des ressources, là ok, on a peut-être un point d’accord.

    • Dugomo 14 juin 2013 à 13h53 #

      Je ne fais pas l’apologie du régime chinois, mais juste de sa politique de l’enfant unique.
      Les ressources ne sont pas illimités, comme tu sembles le croire. Et notre croissance démographique se fait au détriment de toutes les autres espèces.
      Ne vaudrait-il pas mieux 700 millions de gens riches, heureux et vivant en harmonie avec la planète, que 7 et bientôt 10 milliards, dont la moitié sont dans la misère ?

  6. Sabrina 14 juin 2013 à 13h50 #

    Quand la vérité explose, rien que quelques commentaires et pourtant il s’agit là d’un sujet qui devrait intéresser un très grand nombre de population sur terre. En tout cas, très bel article qu’il faudrait exploiter davantage!

  7. anoni mous 18 juin 2013 à 3h54 #

    Allez une petite chanson pour detendre l’@mosphere.

    http://grooveshark.com/s/C+est+Pas+Du+G+teau/4ygeCM?src=5

  8. Iznogoud 2 août 2013 à 12h37 #

    Je ne suis pas vraiment d’accord avec cet article. Je m’explique.
    De toute manière, et ce quoiqu’il arrive, si nous sommes trop nombreux la nature régulera: les gens mourront plus, c’est tout. Que tous les enfants doivent être surprotégés comme aujourd’hui est une idée occidentale récente. Au 18ème siècle, les gens faisaient beaucoup d’enfants et seuls quelque uns survivaient, mais c’était accepté, rien de dramatique.
    De plus, dans tous les pays où les gens devraient être plus heureux que les autres, excepté en France, il y a moins de deux enfants par femme, donc la population décroît inéluctablement. Ce phénomène arrivera tôt ou tard un peu partout, dès que les soins et les ressources sont tels que l’on est sur de pouvoir faire survivre un unique enfant.
    Ainsi, l’évolution est très bien comme ça, et il ne sert à rien de s’émouvoir, si on monte à 10 ou 15 milliards, ce chiffre redescendra progressivement. Et si l’homme est assez con pour s’auto-détruire encore une fois à grande échelle, on peut considérer que c’est la sélection naturelle.

  9. Iznogoud 2 août 2013 à 13h14 #

    Cela dit, je lis/survole l’article de wikipédia en lien, et c’est vrai qu’il fait un peu peur.

  10. Ed 10 août 2013 à 2h49 #

    Il est clair qu’il semble qu’aujourd’hui, plus un pays est industrialisé, moins sa natalité est galopante…

    Maintenant la limitation des naissances, c’est comme le droit à polluer. De quel droit on viendrait imposer à certains pays d’arrêter de faire des enfants… Cela doit être une décision politique de chaque état. Or, les pays en voie de développement ont besoin de main d’oeuvre..

  11. mikejogger 2 septembre 2013 à 15h01 #

    Laisser une trace comme on dit est un besoin presque vitale pour l’homme aussi avoir des descendants est une priorité pour beaucoup. Je pense qu’au stade où nous sommes, commencer à limiter comme en Chine, les naissances va devoir être une priorité par manque de ressources justement.


Écrire une réponse