La valeur des choses

La nouvelle aujourd’hui, c’est que Facebook sera bientôt introduit en bourse, et est déjà valorisé à 100 milliards de dollars. Cent milliards de dollars ! Une entreprise qui ne produit rien, ne crée pratiquement pas d’emploi, n’est basée que sur une confiance qui peut s’écrouler du jour au lendemain. Facebook n’est qu’un effet de mode qui passera, soit que le public se lassera, soit qu’on aurai trouvé un nouvel attrape-couillons pour le piéger.

C’est bien la preuve que notre société de consommation de merde marche sur la tête !

C’était mieux avant
Avant, les choses avaient une vraie valeur. Tu achetais un truc, n’importe quoi, une bagnole, une fringue, une tomate, il y avait une logique. Un ouvrier fabriquait le truc, ou un paysan le cultivait, une personne que tu ne connaissais pas, mais que tu savais justement payée pour son travail. Tu achetais dans une boutique qui prenait une marge plus ou moins correcte. Tu payais sur ton achat des taxes destinées à améliorer la res publica. Ton achat avait une valeur, une vraie.
Bref, tout le monde trouvait son compte dans le capitalisme à la papa.

C’est pire maintenant
Maintenant, le capitalisme est devenu fou, incontrôlé, mondialisé, et surtout financier.
L’objet que tu achètes est produit loin, très loin, par un ouvrier qui est payé une misère, quand ce n’est par un enfant qui serait mieux à l’école.  La petite boutique a disparue, remplacée par une chaine qui vend avec de toutes petites marges, mais en quantités phénoménales. Quant à tes taxes, elles servent à donner de quoi survivre à ceux que ce système à laissé sur le côté de la route.

Et plus rien n’a de valeur. Un tee-shirt à 5 euros, fabriqué par un esclave bengali payé 20 euros par mois, importé et vendu par millions de pièces par des intermédiaires qui se gavent, ça a une valeur ?
Un téléphone portable, qui vaut 500 maintenant, parce que c’est nouveau, parce que la publicité te dit que tu es un looser si tu n’en as pas un, et qui vaudra 50 dans 3 mois, quand la mode sera passée, ça a une valeur ?
Une barquette de fraises vendue en plein mois de février, qui a fait tellement de kilomètres que c’est du pétrole que tu vas bouffer, pas des fraises, qui en plus  sont vendues non sur leur gout mais sur leur aspect, renforcé à grand renfort de produits chimiques, ça a une valeur ?

Ce système est complètement schizophrénique : les gens font des boulots de merde, sans aucune valeur, et pour compenser consomment des produits de merde, sans aucune valeur.
société de consommation

Redonner une valeur aux choses
Je suis persuadé qu’un système basé sur le vide, comme le prix de l’action Facebook, ne peut que s’écrouler.
En attendant, on peut toujours, et c’est une démarche résolument individuelle, vivre en pleine conscience et ne pas tomber dans les pièges de la consommation et du crédit.
Acheter raisonnablement, lire les étiquettes, ne pas aller systématiquement au moins cher, et surtout : ne pas consommer uniquement pour combler le vide de sa vie !
Acheter d’occasion aussi. Ça réduit le nombre de déchets et, en redonnant une seconde vie aux objets, leur confère une vraie valeur.
Certaines de mes amies sont très bien habillées, et portent avec classe des marques de luxe, achetées à des prix ridicules au Secours Catho ou au Secours Pop. Il suffit d’y consacrer un peu de temps, d’intelligence et de goût.

PS : je ne veux pas me poser en donneur de leçons,  moi je donne juste mon opinion, et chacun fait comme il l’entend.

Tags : , , , , ,
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (5 votes, average: 4, 80 out of 5)
Loading...Loading...
25 390 lecture(s)

7 commentaires à “La valeur des choses”

  1. Sycophante 29 novembre 2011 à 16h07 #

    Très bel article. Fervent consommateur d’Apple, tous mes « vieux iPhone » sont systématiquement réutilisés par les membres de ma famille (et belle famille), les grands-parents ont même des iPhone edge qu’ils utilisent avec plaisir, et qu’ils n’auraient pas pu s’acheter faute de moyens. Idem pour les ordinateurs : ma belle-mère utilise un PowerBook de 2005 qui marche encore bien… Même si je ne suis pas un écolo modèle (hélas), je suis bien d’accord sur l’idée qu’on doit lutter contre l’obsolescence et faire vivre nos machines le plus longtemps possible, quitte à les réparer ou les bidouiller… Bonne journée !

  2. Valvert 29 novembre 2011 à 19h56 #

    Ca me parle, je réfléchis souvent à ces questions de vraies valeurs des choses et (avec 4 grands enfants) je n’ai pas toujours le choix de consommer comme un grand malade. J’aimerais pourtant, la c0ke, les put3s, le rafiot qui bouffe 3000€ de benzine par sortie…

    Je plaisante mais je ne peux croire que les gens soient aussi abrutis que ça (relis L’assommoir, de l’ami Zola) et les spéculations ont été terribles déjà dans des civilisations plus anciennes… Le coup du tee-shirt, c’était déjà comme ça du temps de Colbert, tu imagines ? Et à cette époque à Lorient, siège de la Cie des Indes il y avait 1 bistrot pour 12 habitants !

    La où je te suis, c’est dans le fait de réfléchir individuellement et d’agir en conscience. Et aussi d’en parler, comme toi sans faire la morale. Ca peut avoir son petit effet et désamorcer les compétitions de cupidité, peut-être.

    Merci

    • Dugomo 29 novembre 2011 à 21h12 #

      @Sycophante Argh, je ne l’ai pas dit, mais il m’arrive de faire des erreurs, comme tout le monde, et je regrette vraiment d’avoir acheté un iPhone, quand j’ai appris dans quelles conditions c’est fabriqué en Chine.

      @Valvert Loin de moi la pensée que les gens soient abrutis, ils sont dans un système. Et moi aussi, j’en fais partie.
      Un système ne tient que tant que les gens y croient et j’ai l’impression que la crédibilité du système actuel est de moins en moins évidente.

  3. Desirade 29 novembre 2011 à 23h13 #

    Je viens de retrouver les vraies valeurs – marcher pieds nus, manger une vraie tomate, etc. etc. Elles étaient planquées dans l’industrie du luxe. 7 insight clés pour séduire le client de luxe en voyage. http://www.darkplanneur.com/luxe/les-7-insights-cles-de-la-guerre-du-luxe-dans-l-hotellerie-france5

  4. youyouk 30 novembre 2011 à 0h51 #

    Je pense que les valeurs de la vie ne reposent pas tant sur des vides que lon cherche à remplir, des cases où lon veut faire avancer les gens comme des pions sur un échiquier, mais plutôt sur la capacité des gens eux-mêmes à tirer un profit (le plaisir en lui même est déjà une forme de profit) des choix quils font, en rapport au profit des autres personnes impliquées. Jimagine un modèle gagnant-gagnant, où chacun profite des choix de lautre et des répercussions positives quils entrainent. Si au moins la satisfaction du client du teeshirt à 20€ était équivalente à celle du pauvre travailleur payé pour le fabriquer…

  5. ciscoshow 30 novembre 2011 à 17h17 #

    on m’a proposé en Guadeloupe de faire faire des tee shirt par des bengalis … 2€ le tees, on a des meilleurs prix que vous aux antilles quand il s’agit d’exploiter la misère des autres !

  6. MaxoSurf 12 janvier 2012 à 16h16 #

    Cest tellement vrai. Je connais du monde, qui ont acheté un iPad 2, maintenant 2 mois sans utilisation, juste pour faire à la page..

    Moi :) Je suis avec mon veille PC à 37Go et un écran des années 95 :)


Écrire une réponse